On ne parle que de cela depuis plusieurs semaines : l'affaire Fillon.

Pour ceux qui vivraient sur la planète Mars, je résume : François Fillon qui a fait campagne sur son intégrité et un discours de vérité aurait (j'emploie le conditionnel) employé fictivement son épouse et ses enfants, la facture pour le contribuable français se chiffrant aux alentours du million d'euros.

François Fillon se défend en rappelant qu'il n'est pas illégal d'employer son épouse et ses enfants. Venant d'un milieu rural où j'ai vu les épouses et les enfants des agriculteurs ramasser des patates, je me dis qu'au moins pour ça il n'a pas tort, et que si l'on permet à l'agriculteur ou à l'épicier du coin de la rue d'employer sa famille, pour des raisons d'égalité républicaine le député doit pouvoir le faire aussi.

Là où le bât blesse, c'est d'une part que l'emploi de la femme de l'agriculteur ou de l'épicier n'est pas fictif, et d'autre part que l'argent des deux susnommés n'est pas de l'argent public, contrairement à celui alloué au député pour embaucher des collaborateurs.

Il est donc légitime, quoiqu'en dise M. Fillon, de s'interroger sur l"usage qui est fait de cet argent public.

Et force est de constater qu'en échange d'une rémunération qui a représenté entre plus d'une fois et demie et trois fois le salaire médian (1772 euros selon l'INSEE), nous n'avons quasiment rien à nous mettre sous la dent en terme de production.

Qu'est-ce que j'appelle production ? Et bien les notes de synthèse, courriers administratifs, preuves de présence dans un bureau, factures téléphoniques que tout attaché parlementaire digne de ce nom aurait pu, sans problème aucun, fournir.

Quand aux deux notes de lecture pour la Revue des deux mondes qu'a publié l'hebdomadaire Marianne, il est complètement insensé de croire que cela ait pu valoir une rémunération de 100 000 euros annuels (soit quatre fois le revenu annuel d'un employé qualifié).

Alors oui, employer sa famille, c'est légal. Par contre l'emploi fictif payé par l'argent public ne l'est pas, que l'on ait employé sa famille ou non. Et quand un emploi n'est pas fictif, il est facile de fournir des preuves de l'activité d'une personne (rapport, courriels, agenda, courriers officiels...).

S'il est innocent, et en sachant qu'il est présumé comme tel, qu'attend M. Fillon pour contre-attaquer en fournissant les preuves de l'activité de son épouse et de ses enfants ? 

De plus, comment peut-il croire, à moins d'être complètement déconnecté de la réalité, qu'il est encore crédible pour demander des efforts aux français sur leur protection sociale quand il a touché via son entreprise de conseil, si j'en crois la presse, de l'argent d'un assureur privé ?

Tout cela nous montre qu'en plus de ne pas savoir que beaucoup de français ont un travail pénible pour un petit salaire, en plus de ne pas avoir de notion du travail effectif, il ne s'est pas rendu compte que, vraie ou fausse, l'information se propageait à la vitesse du son sur internet, et que l'exigeance de transparence et de morale des citoyens s'en trouvait considérablement accrue.