Petite polémique du moment, le directeur de la sécurité de Corse vient d'être limogé car il aurait laissé les nationalistes de l'île de beauté occuper la villa insulaire d'un des grands amis de l'omni-président, Christian Clavier.

L'Elysée nie, le gouvernement nie et la ministre de l'intérieur prend la mesure à son compte, mais comment imaginer que le limogeage n'a pas de rapport avec l'incident ?

Sarko n'a même pas besoin dans ses cas-là d'intervenir lui-même, tous ses affidés font du zèle pour lui complaire...

Et puis, depuis qu'il est là, on vit au royaume de Sarko Premier. On notera la fusion Suez-GDF qui a avantagé financièrement son ami belge M. Frère, la suppression de la pub sur la télé publique qui avantage son ami M. Bouygues propriétaire de TF1, la légion d'honneur donnée à Mme Balkany dont la place la plus appropriée serait sur le banc des accusés d'un tribunal pour complicité de détournement de fonds et abus de biens publics...

Alors comment ne pas imaginer qu'une fois de plus la Sarkosie triomphante a fait des siennes ?

Comment ne pas imaginer qu'encore une fois Sarko s'est montré indigne de sa fonction par intérêt personnel, fût-il lié à une amitié sincère ?